Le bon transit

Le bon transit est un complément alimentaire pour enfants à base de plantes issues de l’agriculture biologique pour favoriser un transit doux et régulier. Dosage optimal de guimauve, de pruneaux, de raisins rouges et de fibres d’acacia.

  • Pour les enfants, dès l’âge de 3 ans
  • Végétaux bios
  • Transit doux, bien-être intestinal
  • Goût naturel pruneaux/raisins rouges
  • Sans gluten, sans produit laitier, sans soja, sans maïs

22,00

fleurs

Le bon transit, l’allié du
bien-être intestinal

Ventre gonflé et douloureux, perte d’appétit, passage au petit coin qui se fait attendre… Les soucis de transit sont courants chez l’enfant et peuvent vite gâcher le quotidien. Pour retrouver une meilleure digestion, des solutions douces respectueuses de sa physiologie sont disponibles.

NATEOS à mis au point Le bon transit, une formule naturelle pour favoriser le confort digestif. Elle contient de l’extrait de guimauve, un mélange de trois jus de fruits bio et un concentré de fibres, à prendre dès trois ans.

De la guimauve, plante mucilagineuse aux vertus laxatives douces

Plante vivace poussant spontanément dans les milieux humides légèrement salés de diverses régions de France, la guimauve officinale (Althaea officinalis) est utilisée depuis des millénaires pour ses propriétés médicinales. Sa racine contient des mucilages, des fibres solubles qui forment un gel visqueux au contact de l’eau. Elle est considérée comme un remède traditionnel pour soulager l’inconfort gastro-intestinal d’intensité légère selon l’Agence européenne du médicament. Elle agit comme un laxatif doux pour améliorer le transit lent.

Un cocktail de fibres lutte contre la paresse intestinale

Deux autres sources de fibres solubles viennent renforcer l’action de la guimauve : des fibres d’acacia et des fructooligossacharides. Ces composés glucidiques non assimilés par le système digestif de l’enfant améliorent la texture des selles, facilitant leur progression et leur expulsion. Ils jouent également le rôle de prébiotiques nourriciers du microbiote intestinal.

Des jus de fruits apportent de la saveur et régulent le transit

Le bon transit contient des jus de fruits issus de l’agriculture biologique. Le mélange de jus de raisins rouges, citrons et pruneaux apporte une note gourmande et délicatement sucrée. Le jus de pruneaux est tout particulièrement utile en cas de transit difficile. Riche en sorbitol, il favorise l’arrivée d’eau dans l’intestin. Il contient également des composés phénoliques qui contribuent à ses effets laxatifs.

sorbitol

Avec quels produits associer le bon transit ?

Le bon transit est compatible avec l’ensemble des produits de la gamme NATEOS

pack bon transit avec mes amies les bactéries

Il peut être couplé avec les autres compléments alimentaires qui contribuent à l’équilibre digestif. Mes amies les bactéries prennent soin du microbiote intestinal.

renard karaté
Emilie la souris

Le meilleur de maman apporte du fucosyllactose, une fibre prébiotique du lait maternel, bienfaisante pour l’intestin.

Pack le bon transit avec le meilleur de maman
enfant avec papier toilette

La constipation, un trouble digestif fréquent chez l’enfant

Les troubles digestifs sont courants chez l’enfant et prennent souvent la forme d’un ralentissement du transit. La constipation a diverses origines et peut avoir une forte répercussion sur la qualité de vie au quotidien.

La constipation, un problème commun chez l’enfant

La fréquence de passage à la selle est variable d’un enfant à l’autre. Chez les uns, elle est quotidienne ou biquotidienne, tandis que chez les autres elle n’est que d’un jour sur deux, voire moins. On parle de constipation lorsque le nombre de selles émises est inférieur à 3 par semaine. Elle est répandue chez les enfants, elle concerne près de 10% d’entre eux à travers le monde. Elle représente le motif d’un quart des consultations chez les gastro-entérologues spécialisés en pédiatrie.

Mode de vie, facteurs psychologiques ou génétiques : des causes multiples s’imbriquent

La constipation peut avoir de multiples origines. Lorsqu’aucune cause organique ne peut l’expliquer – une maladie ou une caractéristique anatomique – elle est qualifiée de fonctionnelle. Il s’agit du cas le plus fréquent, qui concerne 95% des situations. La constipation pourrait trouver une part de ses origines dans des dispositions héréditaires. Ce trouble digestif est en effet plus fréquent au sein de certaines familles. Aucun gène spécifique n’a cependant été identifié à ce jour.

Les déséquilibres alimentaires et le surpoids favorisent la constipation

L’alimentation à une part de responsabilité importante dans la survenue de la constipation, et notamment sa pauvreté en fibres. Lors d’une étude menée auprès de 135 enfants âgés de 5 à 8 ans, il est apparu que 76% d’entre eux n’avaient pas d’apports adéquats en fibres au quotidien. La constipation était deux fois plus courante dans ce sous-groupe, affectant 13,6% des enfants, contre seulement 6% de ceux ayant de bons apports en fibres. La constipation est également plus fréquente en cas de manque d’activité physique. Une alimentation déséquilibrée conjuguée à la sédentarité favorise la prise de poids, qui représente un facteur de risque de constipation à part entière. Dans un groupe de 450 enfants, il est apparu que près de la moitié des enfants en surcharge pondérale était concernée par un trouble gastro-intestinal, contre 27% des enfants de poids normal. Le risque de constipation était augmenté de 83% en cas d’excès de poids.

Les troubles psychologiques sont fréquemment associés à la constipation

La constipation est par ailleurs plus fréquente chez les enfants souffrant de difficultés d’ordre psychique. Elle est souvent associée à l’anxiété, la dépression et au fait d’avoir vécu des événements stressants ou traumatisants. Les enfants atteints d’un trouble du spectre autistique, d’un déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité, d’un trouble du comportement alimentaire y sont particulièrement sujets.

pourcentage enfants trouble digestif cause surpoids
Illustration lapin au pot

Des périodes de l’enfance propices à l’installation de la constipation

La constipation survient plus volontiers à certaines étapes de la vie de l’enfant. La première concerne les nourrissons, lors de la transition d’une alimentation basée exclusivement sur le lait maternel, très digeste, aux préparations infantiles ou à la nourriture solide.

La seconde se produit au moment où les parents commencent à inculquer la propreté à l’enfant, souvent vers l’âge de deux ans. Le fait de ressentir une pression de la part des adultes peut provoquer un refus des toilettes. S’il se répète trop fréquemment, il peut à terme favoriser la constipation. Des spécialistes soulignent toutefois que la constipation préexiste souvent au refus d’aller à la selle chez les tout-petits. Le fait d’avoir connu un épisode de défécation douloureuse au moment de l’apprentissage de la propreté augmente la probabilité de souffrir de constipation. Enfin, la constipation peut survenir au moment de l’entrée à l’école. Les enfants sont souvent rebutés par les toilettes mises à disposition, collectives et parfois vétustes.

Comment se manifeste la constipation chez l’enfant ?

Pour identifier un problème de constipation chez son enfant, certains signes ne trompent pas. La constipation se manifeste tout d’abord par un passage à la selle peu fréquent. Les selles ont un aspect sec et une consistance dure, à l’origine de douleurs parfois accompagnées de légers saignements au moment de la défécation. Un enfant souffrant de constipation peut également ressentir des nausées, des maux d’estomac et perdre l’appétit. Ce mal-être digestif est source d’irritabilité.

Les complications de la constipation

La constipation peut entraîner la formation de fissures anales, des déchirures de la peau de l’anus, et favorise la survenue des hémorroïdes. Elle a des répercussions sérieuses lorsqu’elle ne se résout pas spontanément. L’accumulation de matières fécales durcies dans le rectum peut aboutir à la formation d’un fécalome, particulièrement difficile à évacuer. Il est alors souvent nécessaire de recourir à un lavement pour éviter la survenue d’une occlusion intestinale, une situation d’urgence absolue.

La constipation est la principale cause d’incontinence anale

Même si cela semble contre-intuitif, la constipation chronique peut déboucher sur une incontinence fécale ou encoprésie. Elle correspond à l’émission de selles involontaires chez un enfant de plus de 4 ans, qui viennent souiller les sous-vêtements. Les selles qui s’accumulent en cas de constipation distendent le rectum, qui perd sa sensibilité : l’enfant ne ressent plus le besoin d’aller aux toilettes. Des matières fécales plus molles peuvent contourner l’obstacle et fuiter de l’intestin à des moments inopinés. La constipation chronique favorise par ailleurs l’incontinence urinaire (énurésie).

enfant ayant mal au ventre
enfant-fraise

Comment lutter naturellement contre la constipation de l’enfant ?

Face aux désagréments associés à la constipation et aux risques de complications, il est important d’agir efficacement pour éviter qu’elle ne s’installe. En adaptant l’alimentation de son enfant et sa routine quotidienne, il est possible d’améliorer la situation.

Les bienfaits des fibres contre la constipation

Le premier levier à activer est d’améliorer la quantité de fibres consommée au quotidien. Elles sont présentes sous diverses formes dans les fruits, les légumes, les légumineuses et les céréales non raffinées. Des chercheurs ont suivi un groupe de 442 enfants souffrant de constipation sur 3 ans. Les enfants qui ont le plus augmenté leur consommation de fibres ont vu leur situation digestive s’améliorer. Pour obtenir un bénéfice, les plus jeunes (3 à 7 ans) devaient avoir des apports quotidiens de 10g, tandis que les plus vieux (8-14 ans) devaient atteindre une quantité supérieure de 14,5g.

Combiner fibres solubles et insolubles

Les fibres peuvent être divisées en deux grandes familles selon leur solubilité, toutes deux bénéfiques contre la constipation grâce à leurs actions complémentaires. Les fibres solubles se dissolvent dans l’eau et hydratent les selles, facilitant leur évacuation. Chez l’enfant, l’administration d’un mélange de celles-ci, sous forme de fibres d’acacia et de psyllium associées à un sucre, le fructose, s’avère aussi efficace pour lutter contre la constipation qu’un laxatif couramment utilisé, le polyéthylène glycol 3350. Les fibres insolubles restent quant à elles intactes au contact de l’eau. Elles apportent de la matière aux selles et stimulent les contractions de l’intestin, diminuant le temps de transit. Chez des enfants souffrant de constipation chronique, l’enrichissement de l’alimentation en son de blé – une source concentrée de fibres insolubles – conduit à un allégement des symptômes.

Miser sur les fibres prébiotiques

Dans la catégorie des fibres, il est judicieux de veiller à disposer de bons apports en fibres prébiotiques comme les fructooligossacharides, les galactooligosaccharides ou l’inuline. Celles-ci ont pour caractéristique d’être fermentescibles : elles servent donc de nourriture aux bactéries bénéfiques – bifidobactéries et lactobacilles notamment – vivant dans le côlon. Elles promeuvent ainsi leur croissance et sont garantes d’un microbiote équilibré. Ce dernier joue un rôle important dans le péristaltisme intestinal, c’est-à-dire les contractions musculaires qui permettent aux selles de progresser dans le tube digestif. Des travaux de recherche ont d’ailleurs mis en évidence un déséquilibre de la flore intestinale chez les enfants souffrant de constipation chronique. Chez les tout-petits, l’administration de fructooligosacccharides réduit le temps de transit et augmente la quantité de bifidobactéries.

fibres
lait-soja

Limiter la consommation de lait de vache

La consommation de lait de vache est à l’origine de diarrhées chez bon nombre de personnes, car seuls les très jeunes enfants sont en mesure de digérer le lactose, le principal sucre du lait. De façon plus inattendue, elle peut également provoquer une constipation chronique. Des chercheurs ont mené une étude auprès de 65 enfants dans cette situation. Pendant deux semaines, ils ont consommé du lait de vache ou une boisson à base de soja. Après une semaine de battement, ils ont reçu l’autre boisson sur la même période. Dans la phase de consommation de la boisson au soja, 68% des enfants ont vu leur transit s’améliorer et ont présenté moins de fissures anales ou de douleurs liées à la défécation. Une analyse de la littérature a montré que l’exclusion du lait de vache du régime alimentaire se traduit par une amélioration de la constipation chez 28 à 78% des enfants. Ainsi, une phase d’éviction de 2 à 4 semaines peut être envisagée en cas de constipation qui ne cède pas aux approches classiques.

De bonnes habitudes à (re)prendre !

Quelques astuces simples à appliquer au quotidien peuvent aider à lutter contre la constipation. Il est tout d’abord nécessaire d’inciter son enfant à ne pas ignorer l’envie d’aller à la selle, même s’il est très absorbé par son activité du moment. Ce signal peut devenir moins pressant si le besoin est souvent repoussé.

Un petit coin accueillant

Faire des toilettes un lieu accueillant, offrant une intimité suffisante est également crucial. En cas de constipation chronique, il est souvent nécessaire de passer par une étape où on demande à l’enfant de s’installer sur les toilettes pendant 5 à 10 minutes après les repas, même s’il n’en ressent pas le besoin. La mise à disposition de livres ou la possibilité d’écouter de la musique peut rendre ce rituel plus plaisant. La position sur les toilettes est enfin primordiale. La simple présence d’un petit tabouret sur lequel placer les pieds assure un meilleur angle entre le buste et les cuisses et facilite l’émission des selles.

enfant-toilettes-3

Ingrédients

Eau, fibres d’acacia, fructooligosaccharides, extrait de racines de guimauve (Althaea officinalis L.), jus de pruneaux* (Prunus domestica), jus concentré de raisins rouges, jus concentré de citrons, conservateur : sorbate de potassium.

* Ingrédients issus de l’agriculture biologique.

Conseils d’utilisation

Bien secouer avant utilisation et conserver au réfrigérateur après ouverture.

Prendre 1 à 2 cuillères à café par jour (5 à 10 ml) dans la bouche ou dans un verre d’eau ou de jus de fruits, au cours des repas.

Composition

Pour 2 cuillères soit 10 ml

Ingrédients Quantité par DJR ** % AR *
Fructooligosaccharides 930 mg
Extrait de racines de guimauve*** 1000 mg
Fibres d’acacia*** 2000 mg
Jus de pruneaux*** 800 mg

* AR : Apport de référence.
** DJR : Dose journalière recommandée.
*** : Ingrédients issus de l’agriculture biologique.

decoration_produit

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Seuls les clients connectés ayant acheté ce produit ont la possibilité de laisser un avis.