Le meilleur de maman

Le meilleur de maman est un complément alimentaire pour enfants à base de lactoferrine issue de lait frais de vaches et de 2-fucosyllactose, l’oligosaccharide le plus important du lait maternel. Complément idéal pour les enfants qui ne peuvent pas être allaités.

  • 30 jours d’utilisation
  • Pour les enfants, dès l’âge de 1 an
  • Composés actifs du lait maternel
  • Goût naturel neutre
  • Sans gluten, sans soja, sans maïs

39,00

mere-enfant

Le meilleur de maman offert à chaque enfant

Le lait maternel est l’aliment parfaitement adapté aux besoins du jeune enfant. Il contient de multiples nutriments et principes actifs, qui accompagnent sa croissance et le préservent des microbes. Parmi eux, la lactoferrine et le 2’-fucosyllactose se distinguent par la diversité de leurs bienfaits.

NATEOS a mis au point un condensé des bienfaits du lait maternel, Le meilleur de maman. Il contient des ingrédients clefs de cet aliment unique, pour en faire profiter à chaque enfant dès l’âge de 1 an.

De précieux composés du lait maternel

Le meilleur de maman contient deux principes actifs essentiels. Le 2’-fucosyllactose, un dérivé du lactose, représente 30% des oligosaccharides du lait maternel. Ces sucres ne sont pas digérés par l’organisme et jouent le rôle de fibres prébiotiques. Utilisés comme ressource par la communauté bactérienne qui s’installe progressivement dans le système digestif de l’enfant, ils participent à la constitution d’un microbiote équilibré. La lactoferrine est l’une des protéines les plus abondantes du lait maternel. Elle est très concentrée dans le colostrum, ce liquide épais dont le nourrisson profite lors des tout premiers jours de sa vie. Son rôle primordial est de le protéger des infections.

Le meilleur de maman accompagne les premières années de vie de l’enfant

Chez l’être humain, même si nos sociétés occidentales ne le favorisent pas toujours, l’allaitement maternel n’est pas l’histoire de quelques mois. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) conseille une durée d’allaitement d’au moins deux ans. Sur le plan biologique, l’âge du sevrage naturel se situerait entre 2 et 4 ans. Les jeunes enfants ont donc besoin de profiter des bienfaits du lait maternel tout au long de leurs premières années de développement.

Compléter les apports des laits infantiles

Les laits infantiles sont élaborés à partir de lait de vache, qui est pauvre en lactoferrine et en 2’-fucosyllactose. S’ils sont souvent enrichis en fructo-oligosaccharides ou en galacto-oligosaccharides, ces fibres alimentaires constituent un substitut imparfait des oligosaccharides. Le meilleur de maman apporte ainsi à l’enfant des ingrédients du lait maternel, qui font souvent défaut aux préparations industrielles.

Renforcer les bienfaits de l’allaitement maternel

Le meilleur de maman peut également être proposé aux enfants nourris au sein. La quantité d’oligosaccharides du lait maternel n’est en effet pas toujours optimale. On estime que 20% des mamans en sécrètent des quantités réduites en raison de particularités génétiques. De plus, le contenu du lait maternel en oligosaccharides et en lactoferrine à tendance à décliner progressivement au cours de la lactation.

Femme donnant le sein
traite de vache

Un complément alimentaire éthique de haute qualité

Proposer des principes actifs d’intérêt ne suffit pourtant pas. Chez NATEOS, nous considérons que la façon de les obtenir est aussi importante que leur nature. La lactoferrine est ainsi issue de lait frais de vaches récolté dans de petites fermes éco-responsables autour d’Arras. Cette filière garantit des revenus stables aux éleveurs, une prise en considération du bien-être des animaux et la mise en œuvre de pratiques durables sur le plan environnemental. Obtenue par des méthodes de filtration à basse température, la lactoferrine est de haute qualité. Le meilleur de maman en apporte à l’enfant une quantité équivalente à environ un litre de lait cru. Les fibres d’acacia utilisées dans notre recette sont issues de l’agriculture biologique. Dans un souci d’apporter uniquement le strict nécessaire, Le meilleur de maman est dépourvu de conservateur et d’arôme artificiel.

Avec quels produits associer le meilleur de maman ?

Le meilleur de maman est compatible avec l’ensemble des produits de la gamme NATEOS

pack_meilleurmaman1

Avant l’âge de trois ans, il peut être couplé à la vitamine D.

renard_karate
Emilie la souris

Au-delà, de nouveaux compléments alimentaires peuvent être intégrés à la routine quotidienne. Mes amies les bactéries vont continuer à chouchouter le microbiote intestinal.

Pack le meilleur de maman avec mes amies les bactéries
pack_meilleurmaman3

Mes vitamines de grand permettent de faire le plein de micronutriments. 

gaspard_leopard
lait_maternelle

Le lait maternel, un liquide nourricier complexe

Nourriture exclusive des bébés de moins de 6 mois, le lait maternel est composé de plusieurs centaines, voire de milliers de constituants. Sa composition est spécifique, elle diffère de celle des autres espèces de mammifères. Il est ainsi parfaitement adapté aux besoins des jeunes enfants, et son contenu s’adapte au gré de l’allaitement pour suivre leur évolution.

Les macronutriments du lait maternel

Le lait maternel est riche en macronutriments – protéines, lipides et glucides – qui apportent de l’énergie à l’enfant et soutiennent sa croissance rapide.

Une composition fluctuante en lipides

Le lait maternel contient près de 4% de matières grasses, qui couvrent environ la moitié des besoins énergétiques du nourrisson. Le lait de fin de tétée en contient deux à trois fois plus que le lait de début de tétée. La richesse en graisses du lait fluctue également au cours de la journée, atteignant son apogée dans l’après-midi et la soirée.
Les acides gras de type oméga-3 sont très importants pour le développement cérébral des enfants. Ils doivent notamment recevoir une quantité suffisante d’acide docosahexaénoïque ou DHA, qui se concentre dans le cerveau et la rétine. La mère doit ainsi veiller à en obtenir de bons apports à travers son alimentation pour garantir la richesse de son lait. Cet acide gras est notamment présent dans les poissons gras ou les compléments alimentaires élaborés à partir d’huile de poisson.

Le lait maternel est riche en lactose

Le principal sucre présent dans le lait maternel est le lactose, un disaccharide composé d’une molécule de glucose et d’une molécule de galactose. Les bébés et jeunes enfants sécrètent facilement la lactase, l’enzyme qui permet de le digérer. Cette production diminue ensuite, ce qui entraîne une mauvaise tolérance des produits laitiers.
Le lactose est présent en quantité importante chez les femmes produisant le plus grand volume de lait. On observe le phénomène inverse pour les protéines, dont la concentration décroît en cas d’émission d’une forte quantité de lait.

Les micronutriments du lait maternel : attention à la qualité de l’alimentation de la mère

Le lait maternel contient également des vitamines et minéraux. Pour certains d’entre eux, un déficit chez la mère se traduit rapidement par une raréfaction dans le lait. Il s’agit des vitamines A, B1, B2, B6, B12, D, de la choline, de l’iode et du sélénium, dont les apports doivent être particulièrement surveillés au cours de la lactation. Rares sont les vitamines qui font systématiquement défaut au lait maternel et qui doivent être administrées à l’enfant. La vitamine K, cruciale pour la coagulation sanguine, est le principal nutriment concerné. Pour les femmes vivant sous des latitudes tempérées à l’ensoleillement insuffisant une partie de l’année, la vitamine D peut venir à manquer dans le lait. Elle joue un rôle important, contribuant notamment à la croissance des os de l’enfant.

légumes de saison
graphique représentant la concentration en lactoferrine

Le colostrum, lait primordial au rôle protecteur

Si le lait évolue légèrement au fil des mois de lactation, les variations de composition sont sans commune mesure avec ce qu’il se produit au cours des premiers jours suivant la naissance du bébé. Le premier lait sécrété par la maman pendant 2 à 3 jours est si différent qu’il porte un nom spécifique : le colostrum. Épais, de couleur jaune orangé, sa vocation est de protéger le bébé des menaces extérieures. Côté sucres, il est pauvre en lactose, mais très riche en oligosaccharides. Il en contient de 20 à 25 g par litre, bien plus que les 10 à 15 g par litre du lait mature. Il se distingue également par sa richesse en lactoferrine, dont la concentration atteint environ 6g par litre pour se stabiliser plus tard à 1,5g par litre. Les femmes ayant mis au monde un bébé prématuré produisent une quantité supérieure de lactoferrine. Cette adaptation remarquable permet d’atténuer la grande vulnérabilité de ces nourrissons.

Pour parfaire le rôle protecteur contre les microbes, le colostrum fournit également des globules blancs à l’enfant et des anticorps. Le colostrum cède ensuite la place à un lait de transition, puis au lait mature 4 à 6 semaines après la naissance.

mere-enfant5
oligosaccharides

La diversité des composés bioactifs du lait

Le lait maternel à une forte vocation nourricière grâce à sa richesse en nutriments, mais son rôle s’étend au-delà. Il contient une multitude de constituants bioactifs, qui agissent de concert pour assurer un développement harmonieux de l’enfant. Ils se présentent sous forme de cellules, de messagers immunitaires comme les cytokines, de composés anti-inflammatoires et anti-infectieux, de facteurs de croissance, d’hormones… Les oligosaccharides et la lactoferrine sont des représentants remarquables de ces principes actifs du lait maternel.

Les oligosaccharides du lait humain : des prébiotiques au rôle protecteur

Les oligosaccharides sont les troisièmes composants les plus abondants du lait maternel, derrière le lactose et les lipides. Ils se déclinent sous la forme de plus de 200 molécules différentes. Ils sont bien plus divers et concentrés dans le lait maternel que dans les laits animaux que nous consommons, de 100 à 1000 fois moins concentrés.

Une action bénéfique sur le microbiote

Lorsqu’un bébé consomme du lait maternel, les oligosaccharides qu’ils ingèrent ne sont pas assimilés au niveau de son intestin grêle, la partie du système digestif dédiée à ce rôle. Ils atteignent ainsi le côlon, où se trouvent les populations microbiennes qui colonisent progressivement les lieux. Certaines d’entre elles, les bifidobactéries notamment, disposent d’enzymes capables de dégrader les oligosaccharides, et de les utiliser comme source de nourriture. Les bébés allaités développent ainsi un microbiote dominé par ces espèces bactériennes. Lorsque le lait maternel contient peu d’oligosaccharides, sa mise en place est plus difficile et retardée. Les bifidobactéries produisent des composés bénéfiques pour l’organisme comme les acides gras à courte chaîne. En cas d’allaitement exclusif, ils sont produits en plus grande quantité. Les oligosaccharides, en partie grâce à ce rôle prébiotique, sont importants pour le développement de l’immunité de l’enfant, la régulation des phénomènes inflammatoires et la maturation de la paroi intestinale.

Un effet antiadhésif protecteur contre les microbes pathogènes

Si les oligosaccharides favorisent le développement des microbes alliés, ils agissent de manière toute autre contre les pathogènes responsables des maladies. Bon nombre de virus, bactéries ou protozoaires doivent adhérer aux muqueuses qui tapissent l’intérieur des organes pour envahir l’organisme. C’est par exemple le cas des norovirus et rotavirus ou de la bactérie Campylobacter jejuni qui provoquent des diarrhées chez les jeunes enfants. Certains oligosaccharides ressemblent aux composants présents en surface des cellules des muqueuses auxquels se fixent les microbes. Ils servent ainsi de leurre et empêchent la liaison du pathogène, prévenant l’infection. Des chercheurs américains ont montré que les bébés consommant un lait riche en oligosaccharides fucosylés comme le 2’-fucosyllactose sont mieux préservés des diarrhées infectieuses que ceux buvant un lait qui en est moins pourvu.

Cet effet protecteur ne se limite pas au système digestif. Les oligosaccharides du lait maternel entrent en contact avec de nombreuses zones du corps du bébé, comme les voies respiratoires hautes ou le système urinaire, car une petite partie est excrétée par les reins. Les enfants allaités sont notamment moins sujets aux otites moyennes, qui se produisent en cas d’infection provoquée par Streptococcus pneumoniae, Pseudomonas aeruginosa ou Haemophilus influenzae et sont protégés des virus respiratoires syncytiaux.

Mere donnant le sein à son enfant
lactoferrine_liaison_fer

La lactoferrine, une protéine multifonctions

La lactoferrine est une glycoprotéine présente non seulement dans le lait maternel, mais également dans les autres sécrétions de l’organisme comme les larmes ou la salive. Elle agit en synergie avec les oligosaccharides pour promouvoir la croissance des bifidobactéries et ainsi contribuer à la mise en place d’un microbiote sain chez l’enfant. Elle dispose en outre de nombreuses autres actions bénéfiques.

La lactoferrine prive les bactéries pathogènes de fer

Certaines bactéries responsables de maladies chez l’être humain ont besoin de fer pour assurer leur croissance. La lactoferrine possède deux sites de liaison de cet élément minéral, elle peut donc le piéger pour le soustraire à ces microbes. Le degré de saturation de la lactoferrine représente la quantité de sites de liaison du fer déjà occupés. Plus il est bas, plus la lactoferrine agit efficacement. Certains spécialistes estiment que la lactoferrine présente dans le lait maternel est très faiblement saturée, de l’ordre de 10%. La lactoferrine de NATEOS partage cette qualité, avec un degré de saturation de 9%.

La lactoferrine est efficace contre divers agents pathogènes

La lactoferrine interagit également de façon plus directe avec les bactéries dangereuses. Elle déstructure la membrane de certaines d’entre elles, les rendant vulnérables à l’action du lysozyme, une enzyme produite par des cellules immunitaires. Elle fait de même contre les parasites. Elle possède également une action antivirale contre les rotavirus ou le virus respiratoire syncytial par exemple. Elle les empêche d’adhérer aux cellules qu’ils cherchent à infecter, en s’y liant directement ou en occupant les récepteurs qu’ils utilisent pour y pénétrer

La lactoferrine module l’action des défenses immunitaires

La lactoferrine exerce par ailleurs une influence sur la maturation, la fonction et la migration des cellules immunitaires. Elle tempère la réponse inflammatoire, pour éviter qu’elle ne s’emballe et finisse par causer du tort à l’organisme. La lactoferrine fait l’objet d’études en pédiatrie pour évaluer son potentiel contre certaines infections qui menacent les bébés. Des bienfaits ont été mis en évidence chez les nouveau-nés contre l’entérocolite nécrosante et certaines formes de septicémie. Les nourrissons de 4 à 6 mois qui bénéficient d’un lait maternisé enrichi en lactoferrine après leur sevrage sont moins sujets aux infections respiratoires et aux maladies provoquant des diarrhées.

La lactoferrine permet de mieux absorber le fer

Le lait maternel contient relativement peu de fer et son contenu décline au cours de la lactation. Cependant, la présence de lactoferrine lui procure une bonne biodisponibilité. Elle facile en effet son assimilation, comme l’a montré une étude menée auprès de 260 bébés âgés de 4 à 6 mois. Les chercheurs ont comparé les effets de la consommation de lait infantile enrichi en fer contenant ou non de la lactoferrine. Le contenu en fer de l’organisme des enfants a augmenté, mais seulement en présence de la lactoferrine. L’administration de lactoferrine à un enfant représente ainsi un moyen de lutter contre l’anémie. D’autant qu’une mère allaitante ne peut pas optimiser la quantité de lactoferrine de son lait en se supplémentant en fer. Le statut maternel en fer n’a en effet aucun impact sur le taux de lactoferrine du lait.

mere-enfant4

Ingrédients

Fibres d’acacia*, 2’-fucosyllactose (lait), fructooligosaccharides, lactoferrine (lait) issue de lait frais de vaches récolté dans de petites fermes éco-responsables autour d’Arras.

* Ingrédients issus de l’agriculture biologique.

Conseils d’utilisation

Prendre 1 sachet par jour à diluer dans un jus de fruit ou dans un yaourt.

Composition

Pour 1 sachet

Ingrédients Quantité par DJR*
2’-fucosyllactose 500 mg
Lactoferrine 100 mg
Fibres d’acacia** 950 mg
Fructooligosaccharides 232,5 mg

* DJR : Dose journalière recommandée.
** : Ingrédients issus de l’agriculture biologique.

decoration_produit

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Seuls les clients connectés ayant acheté ce produit ont la possibilité de laisser un avis.